Mission. Insertion (Philippe Labbe Weblog. II)

Une et indivisible, la République ? (Philippe LABBE, 11 novembre 2014)

11 Novembre 2014, 17:08pm

Publié par mission

Bonne nouvelle : la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (Drees) du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et l’Insee (Direction des statistiques démographiques et sociales - DSDS) vont réaliser au dernier trimestre 2014 une grande enquête sur les ressources des jeunes (5000 répondants visés). Il s’agit « de décrire le plus finement possible les différentes ressources des jeunes adultes : celles émanant d'activités rémunérées, celles correspondant à des transferts sociaux et celles provenant des transferts monétaires en nature reçus des parents ou d'autres ménages. » Cette étude permettra « notamment d'apporter des informations pour préciser la mesure du niveau de vie de cette population. » On va objectiver la paupérisation d’une frange importante de la jeunesse, ce qui, peut-être, évitera que l’on utilise des mots plus soft, de type « précarité », que ceux qui devraient être convoqués, de type « pauvreté ».

Toutefois observons que la louable intention de « répondre à des questions essentielles en termes de politique publique » serait mieux garantie si les services du même Etat accordaient leurs violons… car, pour la Drees et l’INSEE, les jeunes adultes recouvrent les « 18 – 24 ans » alors que, pour la DARES qui est l’organisme d’étude du ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle en charge de la politique publique d’insertion, ceux-ci sont les « 16-25 ans ». Pour l’ensemble du dispositif de la politique de l’emploi des jeunes, le Service Public de l’Emploi dont Pôle emploi et les Missions locales, les « 16-17 ans » sont logiquement concernés (fin de la scolarité obligatoire à 16 ans) ainsi que les « 25 ans ».

Mais voilà des années, des décennies, que chacun calcule à sa façon et fort de son bon droit : les classes d’âge quinquennales pour l’INSEE, les « 16-25 ans » pour la DARES… Qui, un jour, enfin, pourra contraindre les administrations à se coordonner ?

Oui, oui, on sait : l’INSEE arguera qu’une base de recensement est la classe d’âge quinquennale…

Une suggestion. Afin de n’irriter quiconque (préservons les susceptibilités), demandons à l’une et à l’autre un effort : à l’INSEE d’enquêter auprès des 15-29 ans, à la DARES (plus largement au ministère) d’élargir son public aux « 26-29 ans », soit « 16-29 ans »… ce qui correspondra bien plus à la réalité sociologique de l’âge moyen d’accès à l’indépendance économique et à l’autonomie sociale, 28 ans. Bien sûr, il nous restera le cas des « 15 ans » de l’INSEE : allez, soit, on fera un petit calcul, une division par 5 de la classe quinquennale des « 15-19 ans » puis une soustraction d’un cinquième… considérant que de toute façon les « 15 ans » ne sont pas des actifs.

Ca serait si simple… Peut-être, au su de la lenteur du métabolisme social des institutions, cela arrivera-t-il dans dix ou vingt ans ? Il n’est pas interdit d’espérer.

 

Commenter cet article