Mission. Insertion (Philippe Labbe Weblog. II)

Relais santé jeunes, une réponse innovante en matière de santé pour les jeunes des Missions locales… (Rbeaune)

25 Mai 2012, 09:41am

Publié par mission

La Mission locale de l’arrondissement de Beaune pilote un projet de création par et pour les jeunes d'un relais santé pour améliorer l’information et la prévention de son public en matière de santé.

C’est une expérimentation qui a été retenue par le Haut-commissariat à la Jeunesse et aux Solidarités actives, qui bénéficie d’une évaluation externe  pour définir les conditions d’une extension à d’autres territoires. Celle-ci est conduite par M. Legrand sociologue, retenu par le Haut commissariat, autour de quatre axes et dans une démarche qualitative :

- Vérifier l’efficacité du dispositif, d’une part pour les jeunes choisis en tant que médiateurs et d’autre part pour les jeunes ciblés 

- Analyser le rôle des jeunes médiateurs, vecteur d’information ou projet responsabilisant à partir de leur propre initiative

- Mesurer l’impact des informations transmises

- Evaluer l’amélioration du partenariat et de l’accessibilité des ressources locales.

 

Cette expérimentation est née d’un triple constat :

 

-  Les politiques publiques de santé pour la jeunesse s’articulent autour de la protectionmaternelle et infantile pour les tout-petits et la médecine scolaire. Rien n’est organisé pour les jeunes ayant quitté l’école alors qu’ils peuvent représenter 20% de la tranche d’âge des 16-25 ans.

-  Pour la très grande majorité des jeunes suivis par la Mission locale, la santé serésume aux seuls aspects biologiques et, de ce fait, ils s’estiment en bonne santé (nombre d’entre eux ont quitté tôt le monde scolaire et n’ont pas forcément bénéficié ou prêté attention aux actions d’information et de prévention mises en œuvre)

-  Les Conseillers de la Mission locale constatent, qu’au-delà de ce seul aspect physique, l’environnement social et psychologique et les comportements (modes de consommation, précarité du travail, vécu de l’adolescence) sont des freins à leur insertion sociale et professionnelle, freins qui sont accentués, en milieu rural, par l’absence ou la faiblesse des réponses au niveau de l’organisation des services de santé.

 

Elle a retenu trois modalités essentielles pour assurer la réussite et la pérennité du relais santé jeunes :

 

-    L’éducation par les pairs : le projet est une construction faite par les jeunes pour les jeunes, avec, bien évidemment, un encadrement et des limites fixées pour rester dans le domaine de l’information. La santé, comme écrit précédemment, n’est pas une priorité pour les jeunes ; elle touche aussi beaucoup à l’intime, au vécu. Pour dépasser ces appréhensions, seules des actions conçues par des jeunes peuvent toucher leurs congénères.

-    L’implication des élus et des partenaires : le projet ne vise pas à créer un pôle santé au sein de la Mission locale, mais à faire prendre en compte par les politiques territoriales de santé que son public peut, doit en être un des volets.

-   Le sens pour les jeunes du relais santé : leur participation doit leur permettre d’avancer dans leur projet professionnel. Aussi, les candidats retenus ont des perspectives dans les domaines de la santé, du social ou de l’animation. Les rencontres avec les partenaires, les élus, la dynamique de la construction d’un projet, le sentiment d’être utile sont complétés par un appui renforcé de la Mission locale, permettant ainsi de réunir les conditions optimales de la réussite du projet de relais santé et de leur propre projet professionnel.

 

Qu’est-ce qu’un relais santé jeune ? 

C’est un groupe de jeunes, encadré par des conseillers de la Mission locale, dont l’objectif est d’améliorer l’information sanitaire de leurs pairs  et de les impliquer dans la prévention et l’éducation à la santé, en s’appuyant sur des partenaires identifiés  et les élus.

Le choix a été fait d’utiliser le Service civique volontaire pour donner aux jeunes un statut à la hauteur de leur engagement citoyen et assurer une continuité de l’action.

 

Comment a-t-il été mis en place ?

Un diagnostic auprès de plus de 500 jeunes a été réalisé sur la base d’un questionnaire construit avec la CPAM : c’est la base des actions de prévention et d’information à réaliser.  Il a été partagé avec les élus (4 réunions sur le territoire) et les partenaires lors du comité de pilotage.

Parallèlement, dans le cadre du Service Civique Volontaire, neuf jeunes filles se sont investies dans cette expérimentation en 2010. Elles ont identifié neuf problématiques de santé : l’accès aux soins, le handicap, la ­sécurité routière, la violence, la sexualité, les addictions, la précarité, les troubles alimentaires, le mal-être/ la dépression. Elles ont rencontré  l’ensemble des ­acteurs du secteur sanitaire et social pour construire le réseau partenarial et la base d’information. Elles ont choisi de réaliser le guide santé, sous la forme d'un agenda perpétuel pour les jeunes, pour faciliter l’accès à cette information, tant au niveau des jeunes accueillis à la Mission Locale que des professionnels partenaires de l’action ou que des élus.

Au-delà de cette collecte d’information, le relais santé a testé différents processus d’animation autour d’actions de prévention : théâtre d’improvisation, animation mono ou multithématique, exposition itinérante, … pour définir un cadre d’intervention qui réponde au mieux aux attentes des jeunes et aux contraintes budgétaires.

Enfin, pour inscrire le relais santé jeunes dans le « paysage local », l’accent a été mis au niveau de l’information avec une lettre bimensuelle et la création d’une page sur un réseau social.

 

Quel avenir pour le relais santé jeunes ?

Deux jeunes ont pris la suite et une troisième les a rejointes 6 mois après, toujours sur une mission de service civique d’un an pour assurer la continuité auprès des partenaires.

Au niveau financier, au-delà de la participation de l’ensemble des 194 communes de l’arrondissement au financement de la Mission locale, le projet reçoit le soutien de l’Agence régionale de Santé pour son fonctionnement et d’autres partenaires sur des projets spécifiques (MILDT, Fondation Dexia). La négociation en cours d’un contrat local de santé devrait permettre d’inscrire le relais santé jeunes comme un des volets de cette politique territoriale.

L’animation a retenu les leçons de la phase de lancement : les actions sont ciblées autour d’une problématique mensuelle avec trois déclinaisons territoriales pour instaurer davantage de proximité et d’échanges avec les jeunes.  Elle s’appuie aussi sur un groupe d’animation jeunes. Celui-ci a pour but de partager, échanger et interagir sur la façon dont on peut promouvoir et prévenir la santé des jeunes par les pairs. Il permet également l’évaluation des demandes des jeunes et d’avoir d’autres perspectives sur la prévention de la santé.

 

Le Relais santé jeunes réalise donc ses objectifs de répondre aux besoins, connus ou inconnus, des jeunes de la Mission locale et d’associer les partenaires et les élus. Il crée une dynamique territoriale par cette approche de l’éducation par les pairs, dynamique qu’il aurait été plus difficile de réaliser de façon plus institutionnelle. Il tirera tous les enseignements de l’évaluation pour aller toujours plus de l’avant au bénéfice des jeunes.

RSJ pour Relais Santé Jeunes, mais aussi et surtout pour Rien Sans les Jeunes…

 

Animatrices du Relais Santé Jeunes : BOURGEOIS Béatrice, CLERC Marie, NOIROT Marion

Référentes  du Relais Santé Jeunes : CERTAIN Béatrice, CLERC Barbara

Commenter cet article